Vous êtes ici : Accueil :: Comptes-rendus

Observations sur Extension Villoncourt

 

OBSERVATIONS RELATIVES A LA DEMANDE D'EXTENSION DU SITE DE STOCKAGE DE DECHETS INDUSTRIELS DE VILLONCOURT.
Remarque préliminaire:
Le dossier d'enquête était annoncé comme consultable sur le site de la préfecture des Vosges.
Ce n'est pas le cas. Il est impossible à visualiser et à consulter directement. Cela d'ailleurs est noté
sur le site de la Préfecture. Il faut le télécharger. Et comme il est très lourd, c'est mission impossible.
Pourquoi ne pas I'avoir scindé en plusieurs parties téléchargeables indépendamment les unes des autres,
comme ç'est le cas habituellement. Voir par exemple un autre dossier à I'enquête actuellement, celui
d'ANVIS.
Par conséquent les observations suivantes sont exposées sans avoir pu lire le dossier et vérifier
certains points.
Observations:
Selon les constatations de personnes proches du site de Villoncourt, la présence d'un chat sauvage
est avérée. II s'agit d'une espèce protégée en voie de disparition. Le fait de réduire son territoire peut mettre
son existence en péril. Il faut l'éviter absolument.
Il existe une zone humide sommitale dont le fonctionnement n'est pas clair. S'agit-il d'une source?
D'une résurgence? De l'exutoire d'une nappe perchée?
Au cours de la première enquête publique, il avait été affirmé sans rire que c'était dû à l'exploitant
de la ferme en contrebas qui amenait de I'eau pour ses bêtes. L'exploitation agricole n'existe plus et il y a
toujours de I'eau.
Il avait aussi été dit que c'était le résultat de l'accumulation d'eau de pluie. Une sorte de bassine
naturellel Poutant la sécheresse de l'an dernier n'a pas empêché le lieu d'être humide-
Comment expliquer l'existence de cette zone humide? Quelles sont les conséquences de cette
présence sur la future exploitation?
Y a t'il eu des fouilles d'archéologie préventive au niveau de cette zone humide?
Il a été promis que les zones humides seraient recônstituées ailleurs. Comment peut-on recréer une
zone humide de toutes pièces à partir de rien, n'importe où? En artificialisant le sol par des géotextiles?
Comment peut-on recréer le contexte botânique qui ne s'est pas établi en un jour?
Y at'il de l'eau sous cette extension? Serat'elle pompée et rejetée comme pour le premier site? Il est
regrettable qu'au moment oil les sécheresses vont se pérenniser, on gâche ainsi une ressource devenant rare.
La partie souterraine sera beaucoup moins profonde que sur le premier site, Pourquoi perdre ainsi du
volume de stockâge? Cela a tendance à laisser supposer qu'il ya des problèmes d'étanchéité près de Ia
surface.


Sur le premier site les problèmes d'odeurs sont récurrents et attribués à la formation de biogùz par
fermentation .
En principe ne sont slockés que des déchets industriels banals. Ces déchets contiennent-ils des
produits organiques fermentescibles et lesquels?
Pourquoi des déchets organiques se trouvent-ils présents? Pourquoi sont-ils acceptés et ne sont pas
dirigés vers des plate-forme de compostage ou de méthanisation?
Le futur arrêté devrait les interdire sur le site, d'autant plus que la réglementation évolue pour les
particuliers en obligeant à terme le tri les déchets organiques en vue de compostage ou méthanisation.
Pourquoi les déchets industriels échapperaient à cela?
Il est nécessaire d'éviter de buser, canaliser ou rectifier le Ru de la Campagne.
Nous sommes bien conscients de la nécessité de trouver une issue pour les déchets industriels, mais
leur recyclage est-il au top des possibilités?
Il serait bon que pour être accepté sur un site de stockage comme celui de Villoncourt, les détenteurs
de déchets prouvent qu'il n'existe aucun moyen de réemploi, recyclage, refonte, valorisation thermique,
compostage, méthanisation, de leurs déchets.
La reprise des déchets comme source de matière première dans un quelconque avenir est-elle
envisagée? Pour que ce soit facilité, ceci implique un traçage des déchets et une localisation précise sur le
site.au moment de leur stockage.
Monsieur le commissaire-enquêteur, vous aurez compris que I'ASVPP n'est pas favorable à
l'extension du site de Villoncourt.
Le ll avril2023
le président de l'ASVPP
Christian Villaurne

Page vue 288 fois - Dernière visite le 17/06/2024
Retour à l'accueil