Vous êtes ici : Accueil :: Comptes-rendus

Compte rendu CA février 2018

ASVPP Réunion du CA du 3 février 2018

Pallegney 14h30

 

Présents : Christian, Damienne, Andrée, Jean-Luc, Gé, Jean, Marie-France, Jean-Pierre

Absents : Dieudonné  Excusés : Vittore, Martine, Serge, Annie Invité : Rhéda

 

 

Géoparc : R.A.S. ou presque. Le Trophée Andros n’aura pas lieu cette année à Saint-Dié. Toujours pas de permis d’aménager... rien de la mairie, rien de la Préfecture. Rien ne vient non plus du procès en appel ! Oui décidément R.A.S.

 

Vannes de Raon : Un sujet qui donne satisfaction ; c’est pas tous les jours. Les travaux effectués l’année passée, l’installation des nouvelles vannes donnent satisfaction. Les épisodes de crues importantes successives de la Meurthe début 2018 n’ont pas entrainé de débordement dans les rues de Raon. On n’ose pas penser à ce qui se serait passé avec les anciennes vannes; ce que l’on sait c’est que nous aurions eu des inondations. La prairie aménagée sous la nouvelle passerelle permet également un étalement fort utile de la Meurthe élargissant ainsi le lit de la rivière. Le comité de surveillance (Mairie, exploitant, association des riverains, ASVPP) n’aura peut-être rien à faire. Ainsi tout le monde est content, à commencer par les riverains qui n’y croyaient pas trop... champagne ?!

 

Lac de Celles : Là le ton n’est pas le même. Le préfet 88 n’avait jamais reçu notre courrier... Qu’à cela ne tienne, on a juste perdu un peu de temps ! Nouveau courrier nouvel échec. Que se passe t’il à la préfecture avec le courrier ? La mairie de Celles avait quant à elle comme d’habitude ‘’botté en touche’’.

Nos deux requêtes au TA vis à vis de la Mairie et du Préfet (demande d’annulation des activités avec moteur thermique, pollution sonore, de la ‘’bouée tractée sur le lac de Celles’’) ont été rejetées. Audience du 05/11/17. Bien sûr nous pouvons faire appel... avec un avocat.

On peut remarquer sur place l’ensablement important qui se constitue à l’arrivée de La Plaine dans le lac, Le niveau se situe largement au dessus du niveau du lac et la végétation s’y implante de plus en plus. Ces sédiments sont pollués, on le sait, et ne peuvent être enlevés/et redéposés n’importe où. C’est à surveiller car il va falloir un jour ou l’autre draguer l’endroit... Le ponton de départ de la bouée tractée est lui-même ensablé.

Des ‘’radeaux’’ d’élodée du Canada flottent et envahissent de plus en plus la surface de l’étang compromettant fortement la biodiversité écologique. On voit des tas d’élodées recueillis sur le bord. Il faudrait rapidement une action de choc mais faite dans les normes ! En principe arrachage manuel et recueil de tout ce qui est végétal pour éviter la propagation. Mais ça coûte!

Obligation de rétablir la continuité écologique de la rivière la Plaine : un courrier ASVPP à la Commission européenne (direction de l’environnement) a été adressée le 9 janvier 2018. A ce jour rien n’a été fait. C’est donc une plainte contre l’Etat français de la part de l’ASVPP pour non respect de la directive cadre sur l’eau.

Sur le même sujet et à la même date, deux autres courriers ont été adressés au Préfet de Région à Strasbourg et à l’Agence française pour la biodiversité à Épinal. Cette dernière attend la décrue pour commencer des relevés topographiques.

Au sujet des sédiments pollués, l’ASVPP a enfin reçu les analyses des prélèvement, mais  pas à un endroit critique : la plage et le lieu de la baignade ! Comprend qui peut !

Syndicat mixte des lacs : Les participants à une nouvelle structure avec de nouveaux statuts et une nouvelle gouvernance ne sont pas définis. L’ancien syndicat n’existe plus  depuis un an, le nouveau n’est pas créé. On ne sait pas qui est responsable de quoi. C’est carrément le foutoir.« Les choses ne sont pas claires pour l’instant » nous écrit-on. On ne saurait mieux dire.

Le dossier lac de Celles devient de plus en plus épais !

 

La Nappe des grès – (G.T.I.)

Le président de l’ASVPP a été auditionné par la gendarmerie de Neufchâteau suite à la plainte déposée en relation avec le signalement de conflit d’intérêt de l’ex-présidente de la CLE.

C.L.E. commission locale de l’eau. 4 personnes représentent les associations de l’environnement : B. Schmitt (Oiseaux Nature), JF Fleck (Vosges Nature Environnement),

 

NESTLÉ aimerait avoir la main mise sur la nappe du Muschelkalk dont on ignore la productivité et la relation avec la nappe des grès. La CLE devrait disposer de tous les documents, données et renseignements pour statuer. De nouvelles études devraient être commanditées. C’est loin d’être le cas et l’administration freine des 4 pieds. Il ne faut pas toucher à l’industrie, à l’économie et à Nestlé. On voit bien que depuis le début, cette volonté de ne pas nuire à Nestlé, a été au centre de la problématique avec la main-mise  de gens proches de Nestlé sur les postes sinon décisionnaires, du moins orienteurs des débats.

Il semble que l’administration autorise Nestlé à s’approprier la nappe du Muschelkalk à hauteur de quelques 400.000 m3/an. En contrepartie, Nestlé baisserait ses prélèvements dans les grès du trias de 250.000m3, ce qui lui permet de sortir le slogan un rien cynique "puiser sans épuiser", alors qu’au final Nestlé gagne 150.000 m3.

La ponction dans le Muschelkalk va s’avérer pénalisante pour les communes au-dessus de cette nappe, située sous leurs pieds. Il faudra aller chercher de l’eau ailleurs. A une vingtaine de km, à grand renfort de tuyaux et de pompes, dans la nappe des GTI du  Sud Est de Vittel qui pour le moment n’est pas impactée par les prélèvements divers. Et qui va casquer? Ben, les communes. Un communiqué de presse est en préparation avec FNE (France Nature Environnement) sur le sujet, dans le cadre de la journée mondiale de l’eau.

 

Hydro électricité dans les Vosges : Courrier a été adressé au Ministre de la Transition écologique et solidaire le mettant au courant des faits suivants :

  • débit fortement perturbé de la Moselotte à Cornimont du fait des nombreuses prises d’eau
  • projet envisagé dans une Zone Natura 2000, également zone rouge au PPRI
  • à Rochesson projet de déplacement d’une turbine de 500m alors que le ruisseau a bénéficié d’un programme d’effacement de barrages...
  • cet été des turbiniers ont produit de l’électricité en éclusées1, ce qui est strictement interdit dans les Vosges. Peut-on alors parler d’énergie verte ?

Le ministère à répondu par l’intermédiaire de ses services que notre courrier « a été signalé au préfet des Vosges et que notre démarche fera l’objet de tout l’intérêt qu’elle mérite » dont acte !

 

Papèteries des Vosges – Laval sur Vologne (bruits)

En ce qui concerne les problèmes de bruits générés par les installations, les dernières études acoustiques n’ont toujours pas été transmises. L’ ASVPP va demander les résultats en préfecture.

Le président de l’ASVPP a également été auditionné à la gendarmerie de Baccarat, au sujet de l’affaire de la destruction d’une pelleteuse rapportée par JP Gand. Ladite pelleteuse était utilisée dans le cadre de la réhabilitation de la continuité écologique de la Moselotte. 

 

Fin de la réunion 17h00

 

Le secrétaire JL Staub

 

 

 

 

 

 

 

 



1 Info pour les non initiés.. Une éclusée de barrage est l’action pratiquée par les usines hydroélectriques consistant à lâcher subitement les eaux retenues pour adapter la production aux fluctuations de la demande en électricité, ou pour continuer de turbiner en période de basses eaux... Ce type d’éclusée peut avoir des effets importants sur le milieu aquatique. On appelle aussi éclusée la quantité d’eau lâchée à l’occasion de cette action.

 

 

Page vue 311 fois - Dernière visite le 12/12/2018
Retour à l'accueil