Vous êtes ici : Accueil :: Comptes-rendus

CR du CA du 26 septembre 2020

Présents : Christian, Damienne, Jean, Gé, Annie, Andrée, Redha, Jean-Pierre

Excusés, Jean Luc et Marie France.

  1. - Peu de chose depuis le mois de juin, pour cause de vacances et de Covid

1- Lacs de Pierre-Percée

La réunion en sous-préfecture initialement prévue le 26 mars et reportée n’a toujours pas eu lieu. On ne sait pas si elle aura lieu un jour.

Le président a été auditionné le 30 mars par la gendarmerie, à propos de la plainte sur le massacre de corrégones, espèce protégée, de l’automne 2019.

La baignade a été interdite pour tout l’été, pour qualité de l’eau insuffisante (présence de bactéries fécales en surnombre depuis quelques années).

Rassurons-nous, l’assainissement d’Allarmont est en route paraît-il.

Une pêche électrique organisée par la fédération de pêche des Vosges a révélé l’absence totale de truites à l’aval du lac de Celles alors que la Plaine est en première catégorie ce qui devrait entraîner son déclassement, ce qui est en contravention flagrante avec la directive sur l’eau. Demande a été faite au préfet sur les éventuelles sanctions pénales et administratives qu’il a dû mettre en marche.

La continuité écologique de La Plaine n’est toujours pas à l’ordre du jour, ce qui résoudrait peut-être le problème de déclassement effectif du cours d’eau.

Cela malgré un arrêté préfectoral qui demandait à EDF de fournir une étude ou un projet sur cet aspect. Il y a quelque chose comme un an.

2– Nestlé Water – GTI – captages pour Hépar, Contrex et autres.

Le Comité de bassin dans un avis, avait demandé que soit pris en compte la totalité de la ressource du secteur de Vittel, pour la rédaction du SAGE, soit en plus de la nappe des grès (gîte C) les deux nappes dans le calcaire (gîtes A et B représentant les eaux minérales commercialisées).

Là-dessus, le préfet a lancé une procédure de régularisation sur l’ensemble des arrêtés réglementant les prélèvements de Nestlé, ce qui d’après le collectif Eau 88 court- circuite la volonté de tout remettre à plat pour statuer sur l’attribution de la ressource aux uns et aux autres en privilégiant l’eau potable pour les habitants. Le préfet veut une régularisation d’ici la fin de l’année.

Il a été fait part au préfet de notre souhait d’attendre la position de la CLE et la rédaction du SAGE avant de régulariser, avec copie au comité de bassin.

Le président du comité de bassin nous a répondu. Il veut que ça avance sans heurter personne. Impression laissée de recherche d’une solution entre gens biens sans concertation avec les associations, les usagers (sauf Nestlé) et les collectivités.

Le collectif a reçu les mémoires en défense du préfet et de Nestlé à la suite de notre demande non satisfaite d’arrêt des prélèvements dans la nappe des GTI.

La prochaine réunion de la CLE est pour le 6 octobre.

Et pour finir une note qui situe parfaitement le monde de la pêche. Au détour de l’étude d’impact sur la régularisation des prélévements de Nestlé, on apprend qu’il existe une moule d’eau douce dans le Petit Vair qui coule à Vittel, espèce emblématique ô combien protégée. Réaction de la fédé: Il ne faut surtout pas le dire.


L’étude d’impact nous en apprend de belles. A commencer par une absence d’état initial avant prélèvement. L’état piézométrique n’est pas mesuré mais calculé à partir d’un modèle construit sur la base de données de … Nestlé. Ce que l’administration appelle de l’objectivité. Les données sur le gîte A soulève bien des interrogations. Il est dit que si les écoulements entrants diminuent, il n’y a plus d’excédent pour l’eau potable à Vittel. Or avant, il était décrit une baisse de la recharge de 10 à 20% en Lorraine, une baisse de débit moyen des cours d’eau de 10 à 40%, une baisse des étiages de 30 à 70% et une stagnation hivernale. Avec en conclusion: le gïte A n’est pas surexploité, mais ça pourrait le devenir si la recharge diminue de 20%.

Or on ne sait pas quelle sera la pluviométrie à l’avenir.

A terme proche, on risque de se retrouver avec le même genre de problème qu’avec le gîte C des grés.

3– Comité sècheresse:

Il a eu lieu de manière dématérialisée, pour raison sanitaire. Avec Vosges Nature Environnement, nous avions envoyé des remarques et commentaires sur les documents préparatoires. N’en voyant pas beaucoup de traces dans le compte-rendu, nous avons protesté. Peine perdue. La Covid 19 est bien pratique pour faire sa petite tambouille entre amis.

4– EVODIA

Réunion masquée et distanciée le 26 juin. Tout va bien dans le secteur des déchets.

5- GEOPARC

Malgré 4 relances de notre avocate, les dommages et intérêts et les frais de procès qui nous sont dûs n’ont toujours pas été payés par notre adversaire. Idem pour les riverains. Il va falloir passer par un huissier pour une saisie. Au Luxembourg, car tout ce qui concerne Géoparc est aussi dématérialisé que le comité sécheresse.

En attendant, notre avocate attend toujours le tout premier jugement. C’est malheureux le manque d’effectif chez les greffiers.

6- Papeterie de Golbey, Green Valley

Papeterie de Golbey projette de modifier ses fabrications avec pour conséquence un changement de chaudière et un agrandissement de sa station d’épuration.

Il est question d’abandonner la production de papier journal par sa première machine et de fabriquer 550.000 tonnes de papier carton, la seconde machine fournissant 360.000 tonnes de papier journal. Enorme projet de plus de 150 millions d’euros. Tout augmente à l’avenant, puissance de la chaudière, station d’épuration, consommation d’eau. Sachant qu’il faut de 80 à 500 m3 d’eau par tonne de papier, on arrive à des besoins en eau de pas loin de 3 m3/s. A rapprocher des étiages de la Moselle largement en dessous de 5 m3/s.

Ce genre de délire entraîne la nécessité d’intervention de la CDNP (commission nationale du débat public) avant la poursuite de la procédure d’autorisation.

Nous avons déjà fait connaissance avec la garante du débat dans un premier temps, laquelle rencontre le maximum d’intéressés avant d’organiser les réunions préparatoires et les débats. Avec le problème COVID, ça va pas être simple.

Ce projet est la partie émergée d’une utopie encore pire. Il est directement en lien avec le projet Green Valley de la communauté d’agglo d’Epinal sur Chavelot-Golbey qui consiste à rassembler sur quelques 17 hectares d’ex terres agricoles, diverses start-up et


industries autour de papeterie de Golbey qui avec sa mégachaudière fournirait l’énergie à tout ce beau monde.

On n’en sait guère plus car le dossier détaillé n’est pas public pour l’instant. Gageons que de nombreux problèmes vont apparaître.

7- Divers

La CDNP est très sollicitée ces temps-ci. C’est de nouveau le cas pour encore une histoire de chaudière.Cette fois c’est Novacarb à La Madeleine près de Nancy, qui veut remplacer sa chaudière à charbon et devenir Novasteam. La nouvelle chaudière utiliserait

140.000 tonnes/an de CSR (combustible solide de récupération) à la place de charbon, ce qui en soi n’est pas une mauvaise chose. Les normes de rejet seront revues largement à la baisse. 40 à 90% selon les paramètres.

Les CSR seront fabriqués sur place à partir de déchets ménagers broyés, traités à la vapeur sous pression et composés de papiers, cartons, textile, bois, plastiques. Un nouveau débouché pour les adeptes de l’incinération.

Le marché des CSR risque d’être tendu car la future chaudière de papeterie de Golbey compte s’approvisionner aussi en CSR en plus des 250.000 tonnes de bois qu’elle engloutira.

Enfin, autres concertations sans suite de notre part faute de disponibilité: ateliers de concertation de la SNCF sur l’utilisation des produits phytosanitaires le long des voies ferrées et concertation RTE (réseau de transmission de l’énergie) sur l’aménagement de l’approvisionnement en électricité.

CLE: commission locale sur l’eau

Fin de réunion à 17h30

secrétaire de séance: C. Villaume

Page vue 36 fois - Dernière visite le 24/11/2020
Retour à l'accueil