Vous êtes ici : Accueil :: ASVPP infos

observations de l'ASVPP à propos du SDGC (schéma départemental de gestion cynétique)

             Observations relatives au SDGC  (schéma départemental de gestion cynégétique) des Vosges

 

            Le projet de SDGC amène mon association à présenter les remarques suivantes;

 

            Il paraît de bon sens pour préserver la faune et la biodiversité de les connaître. Donc avant tout évaluer l’état de la faune, évaluer son évolution dans le temps, déterminer et utiliser des indicateurs fiables de son état, avec mise en place de seuils d’alerte en fonction de cet état (nombre d’individus, état de son habitat, puissance reproductrice, pressions…)

 

            Car sans faune, exit la chasse.

 

            Il paraît indispensable de prendre des mesures de sauvegarde en fonction du déclin des espèces et de l’influence de ce déclin sur la survie des autres espèces, en interdisant ou réglementant la fréquentation des biotopes (valable pour tous chasseurs et non chasseurs), en interdisant la destruction des espèces en déclin et à plus forte raison en péril.

 

            Il semble nécessaire d’interdire partout le nourrissage des espèces chassées telles que sangliers et canards.

 

            Il est nécessaire de transformer en sanctuaire les zones naturelles bénéficiant d’une classification en Natura 2000, ZNIEFF, ENS et en ne permettant que des tirs de régulation en cas de déséquilibre du biotope, par des personnes assermentées.

 

            Abandon de la notion de nuisibles, abandon de la pratique du déterrage, abandon des lâchers de gibier d’élevage.

            Il est indispensable d’interdire le tir sur les promeneurs, photographes, sportifs, chercheurs de champignons. Il faut interdire le tir sur les chemins forestiers et les sentiers et à proximité. Il faut strictement réglementer les tirs dans les zones à proximité des villes et à forte présence  du public en instituant des jours et horaires permis.

 

            Il faut imposer l’abandon du plomb dans les balles à remplacer par des billes en acier.

 

            Il faut imposer la chasse sans alcool et sans stupéfiants comme pour la conduite automobile et effectuer régulièrement des contrôles inopinés avec sanctions à la clé.

 

            Il faut imposer aux agriculteurs de ne pas faire de cultures notamment de maïs en lisière de forêt, en refusant de subventionner les dégâts causés par les sangliers en cas de non-respect.

 

            Il est nécessaire que les propriétaires forestiers puissent se rendre dans leurs propriétés pour les exploiter ou plus simplement s’y trouver sans être invités à quitter les lieux par des menaces.

 

            Il serait utile que les chasseurs puissent être identifiés aisément par tout procédé visible sur leur tenue par un numéro d’immatriculation répertorié à l’OFB.

 

 

Page vue 214 fois - Dernière visite le 22/03/2023
Retour à l'accueil